20 novembre 2020

platrage et jointoyage

Par oracine

Il existe d’ailleurs une exception à la règle de base “soft on hard” : elle ne s’applique pas aux enduits d’isolation thermique et au jointoyage des systèmes composites d’isolation thermique.

En effet, une couche intermédiaire souple est appliquée pour absorber les mouvements. Toutefois, tous les produits utilisés (par exemple, les panneaux, la colle, le renforcement, le plâtre, …) doivent être compatibles entre eux lorsqu’ils sont utilisés en combinaison. La façon la plus simple de s’en assurer est d’acheter tous les composants d’un système d’isolation thermique composite auprès du même fabricant.

 

Erreur n° 1 : Utilisation incorrecte des outils de plâtrage

Même si vous n’êtes pas un maître plâtrier ou jointeur, vous pouvez obtenir de très bons résultats, durables et beaux avec la truelle et la taloche. Mais il faut s’entraîner pour obtenir les séquences de travail et de mouvements nécessaires. Regardez un professionnel – idéalement en direct sur le site de construction, sinon un tutoriel sur Internet vous aidera. En imitant, vous comprendrez rapidement ce qui est important et vous aurez un don pour les outils et les matériaux.

 

Conseils importants pour le jointoiement

Le nettoyage des outils est également très important. Les résidus séchés gâchent le plaisir, abîment la surface et sont difficiles à enlever. Nettoyez régulièrement la truelle de lissage et la truelle du maçon avec de l’eau ; les seaux élastiques peuvent être pliés et/ou battus avec un marteau pour détacher les résidus durcis.

 

 

Voici quelques conseils pour un jointoiement correct :

Mélangez toujours les mélanges secs exactement selon les instructions du fabricant.

Lorsque vous mélangez, versez toujours d’abord l’eau, puis le matériau de jointoiement. Évitez d’ajouter de l’eau par la suite : Si le mélange devient trop dur lors de l’application, piquez-le et ramassez-le avec une truelle. Cela permet de la rendre à nouveau plus lisse.

Le maître artisan montre sur les bords : Pratiquez un peu sur le mur lisse – et beaucoup plus sur les bords, les coins et les rebords.

Toujours jointoyer de bas en haut et des bords aux surfaces.

Ne mélangez qu’un peu de joint pour vous entraîner, afin de ne pas vous précipiter lorsque le matériau prend avant que le seau ne soit vide.

 

Erreur n° 2 : Dommages dus au transport et au stockage pendant le jointoiement

Si le joint est devenu humide pendant le transport ou le stockage, il n’est plus adapté. L’erreur que font beaucoup de bricoleurs est de l’utiliser quand même. La solution est donc simple : le matériau en plâtre sec doit toujours être protégé de l’humidité. Par conséquent, ne transportez jamais de sacs de nettoyage sous la pluie et ne les placez jamais sur des zones de chargement ou des sols humides, mais dans des intérieurs secs et/ou sur un cadre à lattes.

Le mortier et les joints perdent également leur qualité s’ils sont conservés trop longtemps. Plus le matériau est ancien, plus les temps de traitement et de prise sont longs. Le joint superposé est moins agréable à travailler : il est têtu, ne se détache pas aussi bien de la truelle et ne veut pas aller directement au mur.

 

Erreur n°3 : courant d’air par des coins mal plâtrés

Sous les appuis de fenêtre, dans les rebords et les coins, derrière les conduites d’alimentation, autour des installations sanitaires et électriques et dans d’autres endroits difficiles, le plâtrage est souvent insuffisant ou pas du tout réalisé.

Lors d’une rénovation, on met souvent en évidence des erreurs qui ont été faites il y a des années et qui sont ensuite oubliées ou dissimulées par le revêtement : Des transitions non jointées, des espaces oubliés et des joints mal jointés, par lesquels les courants d’air peuvent pénétrer sans entrave dans la pièce.

Pour assurer l’étanchéité, les murs ou les parois solides doivent être entièrement crépis. Chaque point faible fait augmenter les coûts de chauffage et, malgré tout le chauffage, provoque une gêne et des planchers froids pour les pieds. Dans le pire des cas, le climat ambiant déséquilibré peut provoquer des dégâts dus à l’humidité et à la moisissure.

Pour éviter cette erreur lors de l’enduit des murs, appliquez le joint avant de poser les tuyaux. Pour compenser les erreurs de vos prédécesseurs, scellez au moins soigneusement tous les joints avec du plâtre, du mastic ou des produits d’étanchéité élastiques (mastic à joints). Et si vous, en tant que constructeur ou rénovateur, n’utilisez pas vous-même une truelle, vérifiez régulièrement votre chantier et assurez-vous que les artisans enduisent consciencieusement la maçonnerie et ne laissent aucune imperfection.

Note : Dans le cas d’installations prévues avant la pose de murs, par exemple dans la salle de bains, on fait souvent valoir que cette zone de la maçonnerie sera de toute façon recouverte de plaques de joint par la suite et qu’elle ne doit donc pas nécessairement être enduite. Ne l’écoutez pas : les plaques de plâtre ne peuvent pas remplacer le joint.

 

Erreur n° 4 : Enduit mural à des températures négatives

Cela se produit également lors de l’enduit des murs intérieurs – bien que rarement lors de la rénovation, mais plutôt dans le gros œuvre ou pendant les travaux de rénovation. Si la température est trop basse ou même s’il gèle, le mortier ou l’enduit ne prend pas correctement, et au lieu d’un enduit